Kodak Ektar 347

Pellicule argentique aux couleurs saturées - superbe netteté de la Kodak Ektar 100, un must
Olympus Mju II

Pendant combien de temps encore allons nous pouvoir pratiquer la photo argentique ?

Il y a quelques années, je m’étais déjà posé la question, quand le numérique avait pris le pas sur l’argentique. En 2004, un an après l’achat de mon premier reflex numérique, je prévoyais déjà de me séparer de mon matériel argentique. Au fil des années, j’ai été maintes et maintes fois rassuré par les magazines tels que Réponses Photo qui annonçaient la sortie de nouveaux appareils photo argentique. Il y a eu notamment des appareils télémétriques comme le Bessa R3A, ou récemment un Fuji moyen format. Des nouveautés qui m’ont fait penser que peut être on pouvait encore espérer travailler avec de la pellicule pendant encore quelques années.

Puis, la Kodak Ektar 100 est apparue. La pellicule était annoncée comme le négatif ayant le grain le plus fin du monde. Que pouvais-je espérer de mieux, moi qui scanne tous mes négatifs ? J’étais conforté dans l’idée que la photo argentique allait perdurer. Même si elle ne s’adresse qu’à une niche de passionnés ou de photographes refusant de passer a tout numérique, la photo argentique devait encore montrer de beaux restes. L’engouement des jeunes pour les Holga, Lomo, m’ont aussi rassurés. Ces appareils à la connotation fun et branchée promettaient un bel avenir au monde du grain d’argent.

Malheureusement, c’était sans compter l’implacable réalité du monde financier actuel et de la concurrence. La société Kodak risque de disparaître et ses mythiques négatifs avec. J’ai du mal à imaginer que l’on ne trouvera plus de Kodak TRI-X, TMAX ou Ektar. Le grain si particulier de la TRi-X, les nuances de gris, tout ce qui fait la beauté d’une photo noir et blanc, on ne les retrouvera plus. Ou alors, il faudra attendre encore quelques années de progrès du côté du traitement numérique pour voir enfin une belle palette de gris.

Quant à la pellicule couleur que j’affectionne particulièrement, la Kodak Ektar, je peux encore m’en passer, même si parfois j’aimerais bien obtenir les mêmes densités de couleurs avec le réflex numérique. Ce qui est génial avec la photo argentique, c’est cette capacité à restituer des couleurs chaleureuses et bien denses sans passer par une suite de logiciels. J’ai pris cette photo à Lille, un dimanche matin en été. Je n’ai pas eu besoin d’un appareil ultra performant et cher pour avoir ces couleurs, puisque tout est déjà dans la pellicule elle même. L’appareil utilisé, c’est un simple compact argentique Olympus Mju II, sans paramètre à régler. Je cadre, je tire, c’est tout. Inutile de se compliquer la tête.

Si Kodak meurt, je pourrais me rabattre sur les pellicules Ilford et Fuji éventuellement, mais je perdrai ce qui m’a fait vibrer pendant tant d’années. Peut-on s’attendre au miracle  ? Aujourd’hui, je ne suis sûr de rien.

Ha oui, j’oubliais, l’appareil photo en question, le Mju II, il ne coûte pas plus de 40 euros sur le marché de l’occasion.

About these ads

3 comments

  1. Bonjour,

    Je suis novice en photographie alors excusez mon peu de connaissance !! J’ai vu des photos sur un site avec un bel effet réalisé avec un olympus MJU 2 et je tombe sur votre site, sur l’article "Les pièges que j’aurais pu éviter – une photo pourtant facile" où j’aime une fois de plus l’effet vieilli. Je voulais donc vous demander qu’est qui permet ce genre de rendu, la pellicule ? l’appareil ? J’ai vu en effet que le MJU 2 n’était pas cher dans le commerce donc je voulais me l’acheter mais faut il prendre des pellicules spéciales?

    Merci beaucoup par avance :)

    1. Bonjour Adèle. Ce n’est pas tant l’appareil photo qui donne ce rendu mais la mauvaise utilisation que j’en ai faite. J’ai pointé l’objectif sur la partie la plus claire de l’image. Le film joue pour beaucoup sur le rendu de l’image mais aussi le fait que ce jour-là, la lumière étant très forte, le contraste est très marqué.
      Le Mju II est un excellent compact argentique. Il est capable de délivrer des images claires et bien nettes comme tout bon appareil photo argentique. Si vous recherchez des couleurs vives et des contrastes élevés en noir et blanc, il faudra alors utiliser les films d’une certaine manière. Ceci-dit, il existe une catégorie d’appareil argentique qui a tendance à saturer les couleurs et donner des effets plus ou moins aléatoires, ce sont les Lomo LCA et Holga.
      Si vous achetez un Mju II pour ce genre de rendu vieilli, vous pourriez être déçue. C’est le choix de la pellicule, votre façon d’exposer, la qualité de la lumière et le développement de la pellicule qui vont avoir un impact sur le style de l’image.

      J’aurais pu ajouter, une lumière plate ne donnera pas nécessairement une image au style vieilli. Voici quelques exemples de photos prises avec le MJU II

      Empty town
      Thunderbird - ROLLEI - 279
      Rollei - 960

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s