La nuit dans la rue en noir et blanc

Photo de nuit - Noir et blanc numérique - événement culturel - Lille

Vous aimez le noir et blanc ? Profitez des lumières de la nuit pour photographier la ville.

Photographier dans la rue, la nuit, en noir et blanc est très exaltant. Le noir et blanc est plus facile à réaliser en nocturne qu’en plein jour. Les tonalités sombres dominent. Grâce aux lumières artificielles que produit la ville en permanence, on peut photographier sereinement sans être obligé de recourir à du matériel de pro. En fait, ce qui pose problème quand on photographie en noir et blanc avec un numérique, ce sont les gris. Il est plus difficile d’obtenir des nuances équilibrées sur la peau par exemple qu’un noir profond. Or la photographie de nuit se joue principalement au niveau des contrastes. Entre les extrêmes, il y a peu de valeurs. Le tout est de bien exposer pour les zones plutôt claires. Il  suffit de zoomer ou de se rapprocher d’une source de lumière et de mémoriser ouverture et vitesse. Dans ces conditions, le mode manuel s’avère utile. Si la luminosité est plus faible par moments, il faudra simplement baisser un peu la vitesse après vérification de l’histogramme. Le flash n’est pas forcément nécessaire à part de temps en temps pour éclairer un sujet en premier plan. De toute manière, le flash intégré ne porte vraiment pas loin.

Cours photo pour débutants

Photographies du banal et du quotidien en noir et blanc

Les plus beaux sujets ne sont pas forcément les meilleurs

Photographier des scènes banales ne me dérange absolument pas. Ce qui compte pour moi, ce ne sont pas les belles images mais l’esthétique du noir et blanc. La forme passe avant le contenu. Il n’y a pas de message dans mes photos, juste la volonté de traduire un lieu, un objet en noir et blanc. Même les endroits moches, je les photographie volontiers. Évidemment, si je peux combiner sujet intéressant et photo réussie, c’est encore mieux. Je ne refuse pas les beaux paysages et les portraits d’enfants mais la banalité fait partie des sujets que je photographie au quotidien.  Si je sens qu’il y a matière à fabriquer un noir et blanc avec des tonalités de gris intéressantes, alors cela me va. Peu importe s’il s’agit d’un chantier, d’une vitrine de magasin abandonné ou d’un vieux tonneau rouillé. Ce genre de photographies ne plaît pas à tous, je le sais. Ce que le plus grand nombre apprécie le plus, ce sont les photos de chats, les couchers de soleil ou encore les photos de bébés dans un panier d’osier. Je ne suis pas contre ce qui est mignon mais le côté fleur bleue à toutes les sauces m’ennuie.

APX 100

Pellicule Agfa APX 100

D’ailleurs, ce n’est pas parce que le chaton est mignon que la photo sera intéressante à coup sûr. Les gens confondent forme et fond. Une photographie n’est pas obligatoirement bonne sous prétexte que la petite fille au visage d’ange vous sourit et vous fait craquer. La manière de traiter le sujet, la qualité de la lumière et l’ambiance sont peut-être plus importants que le modèle lui même. À l’extrême, je préfère photographier l’ombre d’un vieux chien errant le soir dans une ruelle inquiétante qu’un joli poupon avec une lumière fade. J’exagère le propos mais c’est pour bien vous faire comprendre que les plus beaux sujets ne garantissent pas systématiquement de belles images.

Peu de photographes amateurs vont chercher des images illustrant le quotidien dans ce qu’il y a de plus banal. Même les passionnés ne comprennent pas toujours mon intérêt pour des sujets aussi peu photogéniques à leurs yeux. Les gens que je croise sur les berges du canal se retournent pour essayer de comprendre ce que je photographie. Il n’y a rien d’intéressant ici à photographier ! J’entends très souvent : " Je ne suis pas très inspiré, j’attends les prochaines vacances et l’arrivée des beaux jours." Alors dans ce cas, pourquoi avoir acheté un reflex ? Un petit compact ou un bridge pourrait suffire. Les images seront tout aussi belles. Si on ne cherche pas à être créatif, cela ne sert à rien d’investir dans un matériel de pointe.

Les sujets ne doivent pas nécessairement être magnifiques pour réaliser de bonnes photos. On peut aussi poser un regard personnel sur la banalité qui nous entoure ou interpréter une scène du quotidien dans un style différent de ce qu’on a l’habitude de voir. Je comprends que ce n’est pas évident à dénicher le détail qui fera la différence. Moi, je me laisse guider par la lumière, les textures et les matières. Je ne réussis pas tout le temps à mettre en avant ce que j’avais en tête, mais je suis constamment à l’affût. Bien sûr, le noir et blanc facilite cette réinterprétation du réel. Cela dit, rien ne vous empêche de vous imposer un thème précis, même bizarre, et de le retravailler en post-production dans un style très personnel, histoire de retrouver l’inspiration et d’avoir le sentiment d’être créatif.

Mariage en monochrome

Alexandrine mariage
La saison des mariages redémarre.

Cette année, j’espère réaliser au moins un mariage en noir et blanc classique. Les couples ont parfois envie de compléter un album souvenir avec des portraits en noir et blanc. Pour cela, rien de tel que le noir et blanc argentique, que ce soit pour des instants de bonheur pris sur le vif ou des portraits posés.

La ville en noir et blanc argentique

Photographie de Lille en noir et blanc argentique

Agfa APX 100

Dès que j’en ai la possibilité, je pars photographier la ville.

En ce moment, je photographie surtout les bâtiments. L’idée s’est construite petit à petit. À force de photographier la rue, je me suis rendu compte que je ne m’intéressais pas suffisamment à l’architecture. Je photographie plutôt les scènes du quotidien à hauteur du bitume. Je ne lève pas souvent la tête. Maintenant j’envisage davantage la ville comme un sujet à part entière. Du coup j’ai une vision à la verticale quand je m’aventure dans les rues et les ruelles du vieux centre.

C’est le soleil qui guide mes choix. Je regarde comment la lumière découpe la pierre et structure le cadre. Je note les heures où l’orientation des immeubles est la plus intéressante par rapport au soleil. Si un lieu m’attire mais ne bénéficie pas d’une bonne lumière, je prends note et je reviens à différentes périodes de la journée mais je ne prends pas forcément de photo. J’essaie de maintenir une cohérence dans la série. L’ambiance doit être uniforme avec une lumière quasi identique sur chaque photo. L’inconvénient, c’est que je dois parfois patienter longtemps avant de retrouver la même ambiance. Je suis donc tributaire de la météo.

Je n’emploie pas d’objectifs spécifiques pour traiter mon sujet. Les objectifs à décentrements seraient très utiles afin de préserver les lignes droites mais ils sont hors de prix. Je me contente du 28 mm et tant pis pour les perspectives. Pour compenser, je ferme le diaphragme entre F8 et F11, là où l’objectif est à son point optimum en termes de qualité d’image. J’évite surtout les très grands angles. Ils déforment les bâtiments. Quant au 50 mm, il est parfois un peu court.

Le chien blanc – Photo noir et blanc

Pellicule Kodak TMAX 400

Photographie argentique – Pellicule Kodak TMAX 400 – Scan du négatif

La météo avait prévu du beau temps hier. Ce n’était pas le cas pour ma région. Je pensais photographier sous un beau soleil et jouer avec les ombres, je me suis retrouvé sous un ciel plat sans consistance. J’ai vite fait de changer de pellicule. A la place de la TMAX 100 ISO, j’ai mis une 400 ISO. J’ai préféré regarder ce qui se passait plus bas que d’habitude afin d’éviter le ciel.

Colonnes de pierre – Photographie noir et blanc argentique

Colonnes de pierres - Photographie noir et blanc argentique

Ypres – Belgique – Pellicule Kodak TMAX 100 nmérisée

Mon ami Giuseppe me disait en milieu de journée : "Ce n’est pas une bonne heure pour photographier", à cause des ombres trop marquées. Personnellement, j’aime bien la présence de masses noires dans les photos noir et blanc. C’est une affaire de goût.

Le canal de Damme – dernier tirage

Allée du canal

Il ne me reste qu’un seul tirage de la photo du Canal de Damme au format 20 x 30 cm. Cette photographie a été tirée à 15 exemplaires et je ne pense pas renouveler la série dans ce format. Néanmoins elle sera encore disponible au format 30 x 40 mais imprimée à la demande. J’ai préféré ne pas faire constituer de stock sur ce format A3. Si cette photo vous intéresse, je vous propose ce tirage noir et blanc sur un papier Mat Archival signé.

Prix : 25 euros.

 

Cliquez sur l’image pour agrandir

Photographie du Canal de Damme à vendre - Tirage noir et blanc signé 20 x 30 cm

Nouveau thème WordPress

Olympus MJU II et Kodak TX 400 la bonne combinaison. Le compact argentique MJu II prend des pellicules format 135 mm. Vous avez le choix entre 24 et 36 poses. personnellement, je préfère les 36 vues.

Olympus Mju II et Kodak Tri-X

Quelques mois seulement après l’installation d’un nouveau thème WordPress, j’ai été contraint de changer à nouveau. L’éditeur médias, récemment remanié par WordPress, ne permet plus d’avoir la main sur le style d’affichage des images. Dans le thème précédent, les photos apparaissent avec des coins arrondis et cela ne me plaît absolument pas. J’en profite pour apporter quelques modifications, à commencer par la possibilité d’afficher un agrandissement des photos. J’ai aussi intégré une nouvelle rubrique dans la boutique où sera présenté le matériel photo que je mets en vente.